COVID-19 : Les résultats de notre enquête socio-économique

30/06/2020 : Afin d'avoir un regard plus affûté sur les impacts qu'a pu avoir la crise sanitaire et économique sur les réseaux d'agents, nous vous avons, il y a un mois, sollicité pour une enquête. 1 730 agents y ont contribué : leurs réponses reflètent une certaine résilience, doublée toutefois d'une relative inquiétude.

L'éclairage économique



Sur l’aspect économique, les résultats méritent une analyse prudente. Si une certaine majorité des agents généraux ayant répondu n’affichent pas de baisse de leur encaissement ou de leur collecte (52% pour les réseaux IARD, 63% pour les réseaux ADP/Vie), cette résilience, réelle, doit être relativisée. En effet, une baisse de ceux-ci, donc des commissions, peut encore être différée. Preuve en est cet autre chiffre : 52% des répondants affichent des craintes pour l’horizon 2021, voire même fin 2020. En somme, si 25% des agents IARD et 32% des agents ADP/Vie ont connu une baisse de 1 à 10% de cet encaissement ou collecte, l’avenir économique des premiers est lié à celui des entreprises impactées, en raison d’un montant moyen de commissionnement pour les risques de professionnels d’environ 20%. Une attention particulière doit donc être à l’avenir portée aux agents dont la clientèle a été la plus fragilisée ; d’autant plus que les compagnies ont pu décider du report, ou même du remboursement, des primes de celle-ci.




Concernant les différentes aides mises en place et auxquelles étaient éligibles les agents généraux, bien peu ont été sollicitées. Là encore, ces chiffres ne doivent pas être analysés de manière définitive en raison des effets potentiellement différés. La teneur de la relance économique, le degré d’amortissement de certains bons résultats enregistrés en début d’année (avec le lancement du PER notamment), la faculté des compagnies et agents à reconquérir de nouveaux clients… sont autant de facteurs qui détermineront les difficultés futures des agents, et ainsi leurs besoins de recourir à des aides sociales et fiscales.

L'éclairage social



Sur l’aspect social, un premier bilan s’impose sur l’activité des agences au cours du confinement et de son après. 62% des répondants ont eu recours au chômage partiel (et parmi eux 41% pour l’entièreté de leur effectif). Trois raisons principales, parfois cumulées, ont conduit à cette résolution : baisse d’activités (75%), la principale, garde d’enfants (45%) ou impossibilité de télétravailler (46%)…




Si le télétravail ressort comme une des rares conséquences positives du confinement - évoquées diversement par l’opinion-, une part non-négligeable des répondants n’en est que moyennement satisfaite (avec une note globale de 3,4 / 5), la moitié d’entre eux y ayant eu recours. Les commentaires laissés indiquent que cette appréciation tient plus de l’adaptabilité du salarié et de l’équipe à la pratique qu’aux équipements et réseaux fournis par les compagnies (même si sont mentionnés certains problèmes logistiques..). Aussi les répondants ont évoqué un intérêt formatif pour le management appliqué au télétravail. Il n'empêche que 81% d’entre eux ne souhaitent pas pérenniser la pratique à l’avenir, même sur un mode rotatif. À noter également que 57% des agents-répondants ont formé leurs salariés durant la période de confinement, un aspect déterminant et positif vis-à-vis de l'exigence client portée par la DDA.






Dernier volet de l’enquête : l’embauche. Le contexte de crise, indiscernable, a conduit 23% des répondants à préfigurer le renoncement à des embauches, pourtant initialement prévus cette année, contre 16% qui affirment vouloir procéder à au moins un recrutement. Toutefois, autre signe non-négligeable de résilience, peu d’agents (5%) projettent de procéder à des licenciements. La systémisation du chômage partiel en France pour éviter le chômage de masse, la demande future des clients renforcée par une plus grande aversion au risque, et les effectifs déjà très réduits de la majorité des agents généraux constituent des pistes d’explication de ce dernier indice.
Actualités
Afin d'avoir un regard plus affuté sur les impacts qu'a pu avoir la crise sanitaire et économique sur les réseaux d'agents, nous vous avons, il y a un mois, sollicité pour une enquête. 1 730 agents y ont contribué : leurs réponses reflètent une certaine résilience, doublée toutefois d'une relative inquiétude, Afin d'avoir un regard plus affuté sur les impacts qu'a pu avoir la crise sanitaire et économique sur les réseaux d'agents, nous vous avons, il y a un mois, sollicité pour une enquête. 1 730 agents y ont contribué : leurs réponses reflètent une certaine résilience, doublée toutefois d'une relative inquiétude