Congrès agéa Occitanie : les agents s'amarrent à Port Camargue

15/10/2020 : Faire un état des lieux relatif à la situation des agents généraux et à leur avenir constitue toujours un moment judicieux, plus encore quand il peut fournir à ceux-ci l'occasion de se retrouver et de partager. Au Grau du Roi, les agents exerçant en Occitanie ont pu s'y adonner, à travers le Congrès de cette région agéa. Retour sur cette journée.
Ils sont soixante à avoir fait le déplacement au seuil de la Camargue dans le perspective d’écouter, de questionner, et, comme toujours, échanger. Les agents généraux d’Occitanie se donnent rendez-vous au Yatch Club de Port Camargue le 15 octobre, après avoir vu leur rassemblement annuel – initialement prévu en mars – logiquement reporté. Alain Lartigue, le Président de la région inaugure ainsi une série de conférences, en louant l’idée de « casser le système de la solitude » face à un contexte toujours plus incertain et isolationniste (mais dans le strict respect du protocole sanitaire !).

Lui succède à la tribune Pascal Chapelon, Président adjoint d’agéa, qui dresse, conjoncture oblige, un rapide bilan de la crise sanitaire et de la situation de confinement de cette année : « Cette crise a contractualisé encore plus le rôle des agents, loin des guerres d’ego des différents assureurs durant la crise. Le conseil et la proximité propres à notre profession se sont avérées déterminants pour le secteur durant la crise ». A l’évocation du passé et du présent succède celle, plus exhaustive, des perspectives, qu’elles concernent la Fédération comme la profession. Sont successivement passés au crible, sur le ton du dialogue, de nombreuses thématiques : avancées des travaux à l’échelle européenne du BIPAR, réforme des retraites, nouveaux projets d’agéa (Trajectoires, agéa Solution, appropriation de données économiques propres, etc.), formation des élus dans le cadre du Socle commun, discussions avec la FFA… L’occasion était adéquate pour brasser l’actualité d’un métier en pleins remous et en pleine évolution, elle est saisie. « Avec la COVID-19, on se pose plus de questions sur notre fonctionnement, avec des points virtuels d’information ou d’échanges sur des sujets de priorité, sans renier les rencontres au présentiel » ajoute-il au moment d’aborder les nouveaux mécanismes de travail d’agéa.




Bruno Pélissier, président adjoint d’agéa également, prend ensuite la parole. Il s’attarde d’abord sur les inquiétudes des agents-entrepreneurs face aux très nombreuses et variables mesures à respecter dans le cadre de leur activité. Sur la question de la responsabilité des agents en cas de cas positifs parmi les salariés, il est affirmatif : « La responsabilité de l’employeur aura du mal à être recherchée si vous respectez le protocole ». Avant une session de questions-réponses vivante, il mentionne l’actualité des formations diplômantes mises en place par agéa et l’IFPASS. La troisième session du MBA Agent Général vient en effet de débuter corrélativement à la remise des diplômes de la seconde. Une manière de prouver que ce dernier est bien amené à devenir systémique pour entrer dans la profession, sans omettre la nécessité de faire encore plus parler de la formation, notamment par le relai des compagnies. Mais les avantages de cette formation à vocation entrepreneuriale sont à présent, selon lui, bien visibles : « Les nouveaux agents passés par le MBA ont tous trouvé une compagnie par la suite, d’autant qu’ils s’y emploient à former un projet d’agence, qui de leur permet de mieux trouver celle qui leur correspond ». L’Executive Certificate pour les agents déjà en place et plus expérimentés, dont la seconde session vient quant à elle de démarrer, est notamment mentionnée, la validation de cette dernière accordant également et d’office le MBA (bac+5). .


















La matinée d’échanges se conclue par l’intervention et le témoignage de Kito de Pavant, champion de skipper participant aux plus grands rendez-vous de Course au large. Voir dans cet amateur de jet dans l’inconnu un corollaire avec l’activité prochaine et ondoyante des agents incertain. Mais les nombreux propos échangés lors de ce Congrès montrent que les chantiers sont nombreux dans les prochains mois et les prochaines semaines, et que le vent est toujours favorable pour qui sait saisir l’occasion d’hisser les voiles, même dans la tempête.
Actualités
Congrès Occitanie, Congrès Occitanie