Valérie Deville de Perière, "Il est important pour l'agent général de se remettre en question régulièrement"

07/03/2019 : Cette semaine, la parole est aux femmes agents généraux ! Aujourd'hui, Valérie Deville de Perière, agent Generali à Lunel (34), répond à nos questions sur son parcours, sa vision du métier et du futur de ce dernier. Témoignage.


Comment êtes-vous devenue agent général ?


J’ai pris la suite de mon père. Je suis arrivée au 1er janvier 2006, après quoi mon père est parti à la retraite au 31 décembre 2008.
Avant cela j’ai été conseillère financière au Crédit Agricole 5 ans durant.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’exercer ce métier ?

J’ai toujours voulu être indépendante et le métier d’assureur offre une variété assez large d’activités.
A cela s’ajoutent le confort de la récurrence des contrats, même si ce n’est plus tout à fait vrai aujourd’hui, ainsi que la sécurité de la vente du fonds de commerce (avec Indemnité compensatoire de la compagnie). Ce sont des éléments qui sécurisent dans l’idée, et cette sécurisation m’a plu et conforté dans mon projet.

Comment vous placez-vous face à l’évolution du métier ?

J’essaie au maximum de rester dans l’air du temps avec les évolutions technologiques.
Malheureusement, je dois admettre que c’est vraiment très difficile car je suis agent général, que la majorité des outils avec lesquels je travaille me sont fournis par la compagnie et qu’ils sont loin d’être « à la page ».
Régulièrement j’assiste à des formations sur la digitalisation que j’ai beaucoup de mal à mettre en œuvre dans mon entreprise.

Du côté du métier, je ne sais pas du tout ce que va devenir le métier dans les 5 prochaines années.
Depuis 2006, il a déjà beaucoup évolué, il faut s’adapter sans arrêt.
Il est important pour l’agent général de se remettre en question régulièrement.

J’ai créé une cellule qui se nomme TREMPLIN (tremplin-expertise.fr) qui rassemble un assureur, un expert-comptable et un CGP (entouré d’un avocat, notaire, et consultant en stratégie)
Cela me permet d’offrir à mes clients (ma cible étant le professionnel) des services annexes.
L’avantage pour le client est qu’il n’est pas pris pour une balle de ping pong entre les professionnels.
L’avantage, pour les professionnels, tient à ce que le travail va beaucoup plus vite car l’information passe très vite ente nous. Cela fidélise ce dernier, le sécurise aussi.

Pour ma part, j’ai passé en 2018, un diplôme à l’AUREP : Ingénierie Patrimoniale du Chef d’Entreprise.
Ce qui me permet d’améliorer mes connaissances.
J’ai comme projet futur de spécialiser Tremplin sur la transmission d’entreprise.
Mes clients étant une majorité d’entreprises, cela va leur permettre de prévoir la vente de leur entreprise et moi, peut-être de conquérir le nouveau dirigeant.
Actualités
Cette semaine, la parole est aux femmes agents généraux ! Aujourd'hui, Valérie Deville de Perière, agent Generali à Lunel (34), répond à nos questions sur son parcours, sa vision du métier et du futur de ce dernier. Témoignage., Cette semaine, la parole est aux femmes agents généraux ! Aujourd'hui, Valérie Deville de Perière, agent Generali à Lunel (34), répond à nos questions sur son parcours, sa vision du métier et du futur de ce dernier. Témoignage.