Aurélie Lathière, "Je souhaitais recueillir les fruits de mes réussites"

06/03/2019 : Cette semaine, la parole est aux femmes agents généraux ! Aujourd'hui, Aurélie Lathière, agent Gan à Limoges (87), répond à nos questions sur son parcours, sa vision du métier et du futur de ce dernier. Témoignage.

Comment êtes-vous devenue agent général ?

Après un parcours de 15 ans en tant que salariée, j'ai souhaité être à mon compte. Œuvrant dans le milieu de la protection sociale, je me suis naturellement intéressée au métier d'agent général, d'abord auprès de confrères sur ma ville, puis auprès d'agéa. Et, alors que j'allais signer pour un portefeuille typé « particulier », j'ai appris qu'un portefeuille se libérait typé « Pro /entreprise /collectivités » ! Ce qui me correspondait plus puisque je travaillais auprès de chefs d'entreprise depuis plusieurs années à Limoges. C’est à ce moment que l’aventure au GAN commença.

Ensuite vint l'aventure Snagan qui, là aussi, m'apporte beaucoup, tant pour faire avancer les choses que pour représenter mes confrères dans les négociations avec la compagnie ; c'est très enrichissant même si cela me prend aussi du temps. Il n’y a que des femmes pour faire autant de choses !!

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’exercer ce métier ?

Je souhaitais avoir plus d'autonomie, de liberté, recueillir les fruits de mes réussites, ne plus avoir à demander pour prendre une décision, parfois même anodine. Par ailleurs, en quittant mon dernier poste, ma responsable m'a avoué avoir su que je partirai pour être à mon compte. C'était inscrit dans mes gènes. Je n'ai jamais eu aucun regret quant à ce choix. Même si on ne part plus en vacance ou en week end l'esprit aussi léger que lorsqu'on est salarié, tant pis, je ne reviendrais jamais en arrière. J'espère pouvoir garder longtemps cette sensation d('épanouissement à exercer ce métier (cela fait 8 ans que je suis installée).

Comment vous placez-vous face à l’évolution de la profession ?

Je continue de faire mon métier depuis 9 ans, en rencontrant mes clients, chez eux dans leur entreprise. Aussi je ne crois pas beaucoup au digital notamment sur le Professionnel et l'entreprise et pour la relation client, exceptions faites des outils qui nous aident à souscrire ou à analyser.
Quant au management, je continue à faire en sorte que mes collaboratrices continuent à travailler dans un bon cadre de travail, soient investies et apportent une gestion et une relation de qualité à nos clients. Je place en effet en première exigence cette qualité au sein du cabinet.

Si notre métier est certes technique, il se place avant tout dans la relation que l'on construit au quotidien avec nos clients : ainsi chaque jour nous essayons de développer notre cabinet mais avant tout de garder nos clients.

Actualités
Cette semaine, la parole est aux femmes agents généraux ! Aujourd'hui, Aurélie Lathière, agent Gan à Limoges (87), répond à nos questions sur son parcours, sa vision du métier et du futur de ce dernier. Témoignage., Cette semaine, la parole est aux femmes agents généraux ! Aujourd'hui, Aurélie Lathière, agent Gan à Limoges (87), répond à nos questions sur son parcours, sa vision du métier et du futur de ce dernier. Témoignage.